Collège Léo Othily

FLE - Dictées aménagées type DNB pour les élèves de Madame MARIN

Entourez la bonne orthographe parmi les propositions entre parenthèses :

* (S’était / C’était / C’étaient) dans (cet / sept / cette) partie du monde où les
saisons sont (ritmer / rithmées / rythmées) par la culture des tubercules, où le
soleil est un allié qui peut (s’avérer/ savérer / s’avéré) aussi dangereux que le
sabre aiguisé pour la coupe de la noix de coco, où la mer (et / est / ai) un jardin
soumis (aux mêmes règlent / au même règle / aux mêmes règles) que la terre,
où les traditions ancestrales (ceux / se / ce ) (perpétuent / perpétues / perpétue),
pas si immuablement qu’(au par avant / oparavent / auparavant), (façonnées /
fassonnées / faconné) par le fil des années, au gré des vents occidentaux et des
alizés locaux.

Marcel Melthérorong, Tôghàn, 2007.


** Un rideau de flocons blancs ininterrompu (miroitait, miroitaient) sans cesse en descendant vers la terre ; il (effaçaient, effaçait) les formes, (poudraient, poudrait) les choses d’une mousse de glace, et l’on (n’entendait, n’entendaient) plus, dans le grand silence de la ville calme et ensevelie sous l’hiver, que ce froissement vague, innommable et flottant de la neige qui (tombes, tombe), plutôt sensation que
bruit, entremêlement d’atomes légers qui (semblaient, semblait) emplir l’espace, couvrir le monde.
L’homme reparut, avec sa lanterne, tirant au bout d’une corde un cheval triste qui ne (venaient, venait) pas volontiers. Il le plaça contre le timon, attacha les traits, tourna longtemps autour pour assurer les harnais, car il ne (pouvait, pouvaient) se servir que d’une main, l’autre portant sa lumière. Comme il (allaient, allait) chercher la seconde bête, il remarqua tous ces voyageurs immobiles, déjà blancs de neige, et leur dit : « Pourquoi ne (monter-vous, montez-vous) pas dans la voiture ? Vous (serez,
serer) à l’abri, au moins. »

Guy de MAUPASSANT, Boule de suif.


*** Mon père nous attendait dans la cuisine. Il ne m’a pas (parut, paru) vieilli. Ma mère a fait remarquer qu’il était (allé, allée, aller) la veille chez le coiffeur pour faire honneur à son petit garçon. Une scène brouillonne, avec des exclamations, des questions à l’enfant sans attendre la réponse, des reproches entre eux, de fatiguer ce petit bonhomme, le plaisir enfin. Ils ont (cherché, cherchée, chercher) de quel côté il était. Ma mère l’a (emmenée, emmenés, emmené) devant les bocaux de bonbons. Mon père, au jardin, voir les fraises, puis les lapins et les canards. Ils s’emparaient complètement de leur petit-fils, décidant tout à son propos, comme si j’étais (restée, rester, resté) une petite fille incapable de s’occuper d’un enfant.

Annie ERNAUX, La place


**** « Savez-vous comment débutent tous nos (entretiens, antretiens) ? Boris commence par me (racompter, raconter) ce qu’il a rêvé (pendent, pendant) la nuit [...] et ces divagations d’un enfant m’instruisent bien plus que ne saurait faire la plus
(untelligente, intelligente) (analyse, analise) du plus conscient des sujets. Bien des choses échappent à la raison, et celui qui, pour (comprendre, comprandre) la vie, y applique seulement la raison, est semblable à quelqu’un qui prétendrait saisir une (flamme, flame) avec des pincettes. Il n’a plus (devan, devant) lui qu’un morceau de bois (charbonneus, charbonneux), qui cesse aussitôt de flamber. »
Elle s’arrêta de nouveau et commença de feuilleter mon livre.
« Comme vous entrez donc peu avant dans l’âme (humaine, umaine) [...] ; quand je dis : vous, j’entends : les romanciers. La (plupar, plupart) de vos personnages semblent (batis, bâtis) sur pilotis ; ils n’ont ni fondation, ni sous-sol. Je crois vraiment
qu’on trouve plus de (vérité, véritée) chez les poètes ; tous ce qui n’est créé que par la seule intelligence est faux. »

André GIDE, Les Faux-Monnayeurs


***** En arrivant près de la maison, nous apercevions une forme sur le pas de la porte et maman me disait :
- Mon Dieu, voilà Françoise qui nous guette, ta tante est inquiète ; aussi nous rentrons trop tard ?
Et sans avoir (prit, pris, prie) le temps d’(enlever, enlevée, enlevés) nos affaires, nous montions vite chez ma tante Léonie pour la (rassurée, rassurer, rassurés) et lui (montrée, montré, montrer) que, contrairement à ce qu’elle imaginait déjà, il ne nous
était rien (arrivé, arriver, arrivées), mais que nous étions (allé, aller, allés) « du côté de Guermantes » et, dame, quand on faisait cette promenade là ! Ma tante savait pourtant bien qu’on ne pouvait jamais être sûr de l’heure à laquelle on serait (rentré,
rentrée, rentrer).
- Là, Françoise, disait ma tante, quand je vous le disais, qu’ils seraient (aller,allés, allée) du côté de Guermantes ! Mon Dieu, ils doivent avoir une faim ! Et votre gigot qui doit être tout (desséché, desséchée, dessécher) après ce qu’il a (attendut, attendu,
attendue). Aussi est-ce une heure pour (rentrée, rentrés, rentrer) ! Comment, vous êtes (aller, allée, allés) du côté de Guermantes !
- Mais je croyais que vous le saviez Léonie, disait maman. Je pensais que Françoise nous avait (vu, vus, vue) sortir par la petite porte du potager.

Marcel PROUST, du côté de chez Swann.

Eduscol

Collège Léo Othily
3 Lot. Koulans
97360 Mana

0594 34 80 60
ce.9730192w@ac-guyane.fr

Suivez nous sur Facebook

Les évènements à venir

- Lundi 1er juin
Commissions Harmonisation épreuves ponctuelles BAC

- Vendredi 3 juillet
Vacances d’été


©2020 Académie de la Guyane - Tous droits réservés | Mentions légales